Les différents systèmes constructifs bois

Il existe 4 systèmes constructifs principaux pour la construction neuve de maisons individuelles : l’ossature bois, les systèmes poteaux-poutres, les panneaux massifs et le bois massif empilé. D’autre systèmes vernaculaires, tels que le colombage (pan de bois) sont plutôt restreints à la rénovation du patrimoine.

L’ossature bois :

Ce système constructif est, de très loin, le plus répandu en France. Une trame de montants de bois, espacés de 40 à 60 cm, est habillée de panneaux de particules à base de bois. L’isolant thermique s’insère entre ces panneaux. On retrouve en général des plaques de plâtre en habillage intérieur.  Cette structure est généralement fabriquée en atelier et livrée sur chantier sous forme de modules de murs, généralement de la hauteur d’un étage. La construction est ainsi très rapide. Les murs en ossature bois sont de faible épaisseur (20 cm environ) : ils offrent donc plus de surface habitable que les solutions dites classiques (environ 8% de plus qu’en parpaings).  L’ossature bois est adaptée à toutes les tailles et styles architecturaux de maisons.

Le schéma ci-dessous présente le système constructif :

Les murs à ossature bois (Source : Fibois 42)

C’est également  une solution très légère.  Cette solution représente 84% de l’habitat (individuel et collectif). Comme pour les autres systèmes constructifs, le revêtement extérieur n’est pas systématiquement en bois ; enduits, panneaux composites ou minéraux, de nombreuses solutions sont possibles !

 

Poteaux-poutres :

Le système poteaux-poutres consiste à créer un squelette, constitué de poteaux et de poutres en bois massif ou lamellé-collé plus ou moins espacés selon la section (de 2 à 5m environ).

La structure poteau-poutre (Source : Fibois 42)

Le gros avantage de ce système et de pouvoir adapter les espaces ainsi créés selon ses désirs : parois pleines, vitrages. Les grands espaces créés permettent une grande liberté dans la conception et on obtient facilement des volumes spacieux et ouverts. Ce système constructif représente 10% de l’habitat.

Panneaux massifs :

Les panneaux CLT (Cross Laminated Timber), en français bois lamellé croisé, sont un système constructif en bois massif. Des lames de bois sont assemblées entre elles, puis clouées ou collées à plis croisés (3, 5, 7 ou plus en fonction des charges à reprendre) pour former des parois qui peuvent être utilisées horizontalement et verticalement (mur extérieur, mur intérieur, plancher, toiture).

Un mur en CLT (Source : Fibois 42)

Le CLT permet d’avoir de grandes portées et des porte-à-faux. Il est majoritairement utilisé pour des bâtiments de grandes dimensions, mais il est de plus en plus utilisé dans la maison individuelle. Son utilisation permet de laisser le bois visible à l’intérieur, et ainsi de faire des économies sur les finitions tout en ayant un intérieur chaleureux.  La construction CLT représente environ 5% des habitations.

 

Bois massif empilé :

C’est une des techniques les plus anciennes, surtout présente en montagne. La structure est réalisée à l’aide de pièces de bois rondes (rondins ou fustes) ou rectangulaires (madriers) empilées horizontalement les unes au-dessus des autres : grâce aux gros diamètres des bois, on peut se passer d’un isolant rapporté. Cette technique impose un vocabulaire architectural assez spécifique : des façades présentant assez peu d’ouvertures et des assemblages visibles. Ce système représente 2% des habitations.

©SARL D’ARCHITECTURE COTE BOIS (07)

La mixité avec d’autres matériaux

Il ne faut pas oublier que le bois s’associe très bien avec d’autres matériaux, afin de former des produits techniques très performants. Par exemple, le plancher mixte bois-béton, appelé également plancher collaborant, permet des grandes portées mais apporte également de la masse a la structure et peut améliorer l’isolation phonique.

Les structures bois s’associent très bien aux matériaux biosourcés : on peut les retrouver associées à une isolation paille ou encore à des enduits en terre crue, qui apporte de l’inertie à la structure et qui présente de très bonnes propriétés de régulation de l’humidité, tout comme le bois.

 


Avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes
Fibois Auvergne-Rhône-Alpes
Siège social :
Agrapole - 23, rue Jean Baldassini
69364 Lyon cedex 07
Tél. : 04 78 37 09 66
Site de Clermont-Ferrand :
Maison Régionale Forêt-Bois - 10 allée des Eaux et Forêts
63370 Lempdes
Tél. : 04 73 16 59 79